L'Arabie saoudite en français

Entre communiqués officiels, déclarations authentiques & informations certifiées !

🔴 Le plan de paix arabe que doit accepter l’État sioniste pour avoir des relations avec l’Arabie saoudite

Initiative de paix arabe de 2002

Ou le plan de paix du roi Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud approuvé en mars 2002 à Beyrouth par tous les pays membres de la Ligue arabe y compris par l’Autorité palestinienne, hormis l’Irak et la Libye.

Le Conseil de la Ligue arabe réuni au 14e sommet lors de sa session ordinaire réaffirme la résolution adoptée lors du sommet extraordinaire de la Ligue arabe tenu au Caire en juin 1996, selon laquelle une paix juste et globale au Moyen-Orient représente un choix stratégique pour les États arabes, et qui ne peut être atteint qu’en accord avec le droit international, et qui demandera un engagement similaire du gouvernement israélien à cette fin.

Et après avoir entendu l’allocution de Son Altesse Royale le prince Abdallah ben Abdelaziz, prince héritier du royaume d’Arabie saoudite, dans laquelle Son Altesse a présenté son initiative, et a demandé à Israël de se retirer entièrement de tous les territoires arabes occupés depuis 1967, et ce en application des résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité de l’ONU, résolutions soutenues par la conférence de Madrid de 1991 et par le principe de « terres contre paix », et demandant à Israël d’accepter la création d’un État palestinien indépendant et souverain ayant pour capitale Jérusalem-Est, ceci en contrepartie de l’établissement de relations normales par les États arabes dans le contexte d’une paix globale avec Israël.

Et partant du fait que les États arabes sont convaincus qu’une solution militaire au conflit n’aboutirait ni à la paix et ni à la sécurité des différentes parties, le Conseil :

1. Demande à Israël de revoir ses politiques et de déclarer qu’une paix juste est aussi pour lui une option stratégique.

2. Demande aussi à Israël d’affirmer :

I. Le retrait total des territoires arabes occupés depuis 1967, y compris le plateau syrien du Golan jusqu’aux frontières du 4 juin 1967, et des territoires encore occupés du Sud-Liban.

II. Aboutir à une solution juste au problème des réfugiés palestiniens, conformément à la résolution 194 de l’Assemblée générale de l’ONU.

III. Accepter la création d’un État palestinien indépendant et souverain dans les territoires palestiniens occupés depuis le 4 juin 1967 en Cisjordanie et dans la bande de Gaza avec pour capitale Jérusalem-Est.

3. Affirme en conséquence que les États arabes s’engageraient à :

I. Considérer la fin du conflit israélo-arabe, et à intégrer un accord de paix entre eux et Israël tout en assurant la sécurité de tous les États de la région.

II. Établir des relations normales avec Israël dans le contexte de cette paix globale.

4. Garantit le rejet de toute forme de réinstallation des Palestiniens qui serait en contradiction avec la situation particulière dans les pays d’accueil arabes.

5. Demande au gouvernement israélien et à tous les Israéliens d’accepter cette initiative afin de sauvegarder les perspectives de paix et d’éviter toute nouvelle effusion de sang, permettant ainsi aux États arabes et à Israël de vivre dans la paix et le bon voisinage, et assurant aux générations futures un avenir sûr dans lequel régneraient la stabilité et la prospérité.

6. Invite la communauté internationale et tous les États et organisations qui la composent à appuyer cette initiative.

7. Demande à la présidence du sommet de la Ligue arabe de constituer un comité spécial composé des États membres concernés et du secrétaire général de la Ligue arabe, afin de poursuivre les contacts nécessaires visant à terme soutenir cette initiative à tous les niveaux, et en particulier l’appui de l’ONU, du Conseil de sécurité, des États-Unis d’Amérique, de la Russie, des pays musulmans et de l’Union européenne.

Lien du communiqué officiel de la Ligue arabe en pdf

(Visited 216 times, 1 visits today)