L'Arabie saoudite en français

Entre communiqués officiels, déclarations authentiques & informations certifiées !

Lettre historique du roi Abd Al-Aziz au président américain Roosevelt contre la colonisation sioniste en Palestine

Lettre bienveillante de Sa Majesté le Roi

A Son Excellence le président de la République américaine

Au sujet de la question palestinienne

                                                                                                                                                                                                                     

Au nom d’Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux,

      De la part de Abd Al-Aziz fils de Abd Al-Rahman Al-Faïsal, roi du royaume d’Arabie saoudite. A Son Excellence le président Franklin Roosevelt, président de la République des États-Unis d’Amérique.

      Votre Excellence,

  Nous avons pris connaissance de la position des États-Unis d’Amérique quant à son soutien apporté aux Juifs en Palestine. Et au regard du fait que nous avons confiance en votre attachement en la justice et l’équité, et que la nation américaine libre tient à ses profondes traditions démocratiques bâties sur le soutien à la vérité et à la justice, et aux nations opprimées. Et au vu des relations bienveillantes qu’il-y-a entre notre royaume et le gouvernement des États-Unis, nous avons voulu attirer l’attention de Votre Excellence au sujet de la question arabe en Palestine, et vous démontrer le droit légitime revendiqué sur cette terre. Et nous sommes confiants quant au fait que notre exposé vous éclaircira, vous et le peuple américain, au sujet de la revendication arabe juste sur cette terre sainte.

La déclaration qui est donc apparue au sujet de la position américaine, nous a montré que la question palestinienne est perçue que d’un seul point de vue, étant celui des Juifs et des sionistes, et que le point de vue des Arabes a été mis de côté. Et nous avons vu que la vaste campagne de propagande juive a eu pour effet d’induire grandement en erreur le peuple américain démocrate, en l’ayant poussé à croire que de soutenir les Juifs dans leur suppression des Arabes présents en Palestine, relevait de l’action humanitaire. Alors que ceci représente une injustice flagrante envers un peuple pacifique et résidant depuis toujours dans son propre pays, un peuple qui en générale, avait et a toujours confiance en l’opinion internationale démocratique juste, et plus particulièrement en celle des États-Unis. Et je suis confiant dans le fait que s’il est exposé de manière très claire à Votre Excellence et au peuple américain, le droit légitime des Arabes en Palestine, vous les soutiendrez alors comme il se doit.

Lettre originale parue dans le journal mecquois La Voix du Hijaz

Lettre originale parue dans le journal mecquois La Voix du Hijaz. Publiée le mardi 20 Dhou Al-Qi’dah 1357 correspondant au 10 janvier 1939.

L’argument sur lequel s’appuient les Juifs pour revendiquer la terre de Palestine, c’est qu’ils y ont résidé durant une certaine période par le passé. Et vu que depuis ils sont dispersés dans plusieurs pays du monde, ils veulent alors avoir leur propre nation en Palestine, dans laquelle ils y vivraient librement. Et ils appuient aussi leur requête sur une déclaration qu’ils ont eu du gouvernement britannique nommée la déclaration de Balfour.

Quant à l’argument historique avancé par les Juifs, il n’existe rien qui puisse le justifier, à partir du moment où les Arabes ont été présents dans toute l’histoire de la Palestine jusqu’à maintenant. Et ils y ont même gouvernés ! Et si nous faisons exception de la période durant laquelle les Juifs y vivaient, ainsi que de la seconde période ayant vu la domination de l’empire romain sur la Palestine, nous verrons alors que les Arabes y ont régné depuis les temps les plus anciens jusqu’à aujourd’hui. Et tout au long de leur vie, les Arabes ont su préserver les lieux saints, les traiter selon leur grande importance, les respecter pour leur caractère sacré, et s’en occuper en toute fidélité et sincérité.

Et quand le pouvoir de l’empire ottoman s’étendit sur la Palestine, celle-ci était quand même sous l’autorité des Arabes qui n’avaient pas l’impression d’être colonisés par l’État turc. Et ceci était dû au fait qu’ils étaient unis sous une seule et même religion, que les Arabes sentaient qu’ils partageaient aussi l’autorité, et que l’administration locale était gérée par des personnes issues du pays même.

Et le fait qu’une communauté colonise un pays, ceci ne peut pas être considéré comme étant un droit naturel venant légitimer sa revendication.

Ce qui fut mentionné précédemment montre alors que les Juifs qui revendiquent un droit sur la Palestine au nom de l’histoire, ceci n’est donc pas vrai. Si les Juifs avaient certainement résidé en Palestine et l’avaient peuplé pendant une certaine période, sachez alors que les Arabes y sont restés encore bien plus longtemps qu’eux. Et le fait qu’une communauté colonise un pays, ceci ne peut pas être considéré comme étant un droit naturel venant légitimer sa revendication. Et si ce principe devenait légitime à notre époque, chaque communauté aurait alors le droit de demander à revenir dans le pays qui a été sous son autorité par le passé. Et ceci aurait pour conséquence de changer de manière très impressionnante la carte du monde, et ce de manière injuste et confuse.

Quant à l’argument des Juifs qu’ils utilisent afin de gagner la pitié du monde, c’est-à-dire quand ils disent qu’ils sont dispersés dans le monde et persécutés dans les pays dans lesquels ils vivent, et qu’ils veulent par conséquent avoir un lieu où s’installer afin de se protéger de l’ennemi qui les agresse dans beaucoup de royaumes où ils sont, ce qui importe donc dans cette question c’est qu’il faille faire la différence entre la question juive internationale, autrement dit l’antisémitisme, et le sionisme politique.

Si ce qui est donc voulu c’est d’avoir de la compassion envers les Juifs dispersés dans le monde, sachez alors que la Palestine n’est pas grande. Elle en a accueilli beaucoup depuis sur ses terres, au point qu’aucun autre pays au monde n’en est autant, et ceci au vu du fait que la Palestine n’est pas un grand pays comparé à tous les pays dans lesquels vivent les Juifs. Il est donc impossible à un petit territoire comme celui de la Palestine d’accueillir tous les Juifs du monde, et ce, même s’il était demandé à tous les Arabes de partir -comme l’avait dit monsieur Malcolm Macdonald dans le discours qu’il avait tenu dernièrement au Parlement britannique-.

Si donc par principe il était demandé d’accepter de laisser les Juifs présents actuellement en Palestine, ce petit pays aurait alors réalisé la plus grande action humanitaire qu’aucun autre pays n’aurait fait. Et même si Votre Excellence le Président voit comme étant injuste le fait que les gouvernements du monde -ainsi que ceux des États-Unis- ferment leurs portes aux exilés juifs, il a pourtant délégué à ce petit pays qu’est la Palestine la tâche de tous les accueillir.

Son objectif est d’en finir avec un peuple pacifique en usant de différents moyens pour le faire sortir de son pays, et tout ceci est basé sur des ambitions politiques et personnelles de certains sionistes.

Et si nous regardons ce problème selon le point de vue du sionisme politique, nous verrons alors que cette manière de voir les choses est injuste et tyrannique. Son objectif est d’en finir avec un peuple pacifique en usant de différents moyens pour le faire sortir de son pays, et tout ceci est basé sur des ambitions politiques et personnelles de certains sionistes.

Sinon, pour ce qui est du fait que les Juifs s’appuient sur la déclaration de Balfour, sachez que cette déclaration est en elle-même une injustice faite à l’encontre d’un pays pacifique. Et cette déclaration a été donnée par un gouvernement qui n’avait aucunement le droit d’imposer cette proclamation à la Palestine, le jour de sa parution. Et les Arabes de Palestine n’ont pas été consultés au sujet de cette déclaration, ni même pour être sous le mandat britannique qui leur a été imposé, comme l’avait aussi souligné le ministre des Colonies britanniques Malcolm Macdonald. Et tout cela, malgré que les Alliés dont font partis les États-Unis, se soient engagés en faveur du droit à l’autodétermination des Arabes de Palestine. Ce qui est donc essentiel, c’est de rappeler ici qu’avant la déclaration de Balfour, le gouvernement britannique avait émis une autre déclaration connue des Alliés, et qui stipulait le droit qu’avaient les Arabes en Palestine, et ailleurs dans d’autres pays arabes.

A partir de cela, Votre Excellence pourra donc constater que l’argument historique apporté par les Juifs est nul et non avenu, et qu’il ne peut pas être pris en considération. Et sur le plan humain, la Palestine s’est sacrifiée comme aucun autre pays. La déclaration de Balfour sur lequel ils s’appuient va à l’encontre de la réalité, de la justice, et de l’autodétermination. Et les convoitises sionistes ont poussé les Arabes dans tous les pays à s’alarmer contre ces ambitions sionistes et à lutter contre elles.

Quant aux droits qu’ont les Arabes en Palestine, ces droits sont nullement négociables, car la Palestine est leur propre pays depuis les temps les plus anciens ! Ils n’ont jamais quitté cette terre et personne ne les en a expulsé. La Palestine a également été un lieu ayant vu le développement de villes arabes remarquables, et c’est pour cela que la Palestine est arabe tant dans ses origines profondes, sa langue, son emplacement géographique et sa culture. Il n’y a donc aucun doute et aucune confusion à ce sujet, et les Arabes ont marqué l’histoire de ce pays par des actes justes et bienfaisants.

Publié dans le journal mecquois Oumm Al-Qora le vendredi 16 Dhou Al-Qi'dah 1357 correspondant au 6 janvier 1939.

Une partie de la lettre publiée dans le journal mecquois Oumm Al-Qora le vendredi 16 Dhou Al-Qi’dah 1357 correspondant au 6 janvier 1939.

Quand la guerre mondiale éclata, les Arabes rejoignirent le rang des Alliés en espérant gagner leur indépendance, et ils avaient toute confiance qu’ils allaient obtenir leur indépendance après la guerre. Et ceci pour les raisons suivantes :

  1. Car ils ont activement participé à la guerre, et y ont sacrifié leurs biens et leurs personnes.

  2. Car le gouvernement britannique s’était engagé auprès d’eux pour leur indépendance, et ce à travers les lettres échangées entre le représentant britannique Sir Henry Macmahon et Hussein le noble de la Mecque.

  3. Car votre prédécesseur, l’Excellence le président Wilson, avait décidé d’impliquer les États-Unis d’Amérique dans la première guerre mondiale aux côtés des Alliés, afin de faire triompher les principes humains nobles incluant le droit à l’autodétermination.

  4. Car quand les Alliés avaient occupé leurs pays, ils déclarèrent en novembre 1918 qu’ils y étaient entrés afin de les libérer ainsi que leurs habitants, et de leurs donner leur indépendance.

Et si Votre Excellence revenez à la décision émise par la commission d’enquête envoyée en 1919 au Proche-Orient par votre prédécesseur le président Wilson, vous y verrez les requêtes émises par les Arabes au sujet de la Palestine et de la Syrie, lorsqu’il leur fut demandé l’avenir qu’ils souhaitaient pour eux-mêmes. Et malheureusement les Arabes virent qu’ils furent trahis après la guerre, et que ce qui leur avait été promis ne fut pas concrétisé. Leurs pays furent au contraire morcelés injustement, et il leur fut mis des frontières qui ne respectent aucune réalité géographique, territoriale et religieuse. Et en plus de cela, ils se trouvèrent face à un grand danger qu’est celui de la conquête sioniste de leur terre, et d’être dépossédés d’une de leurs plus importantes régions.

Il est donc injuste que de chasser les Juifs de l’ensemble du monde civilisé, et que la Palestine faible et démunie prenne totalement en charge le peuple juif.

Les Arabes avaient donc vivement protesté lorsqu’ils prirent connaissance de la déclaration de Balfour. Et ils protestèrent aussi contre le fait d’être sous mandat britannique qu’ils refusèrent clairement depuis le premier jour, alors que les exilés juifs arrivaient de partout en Palestine, et leur faisant ainsi craindre pour leur avenir et leur vie. Ceci eut pour cause le déclenchement de révoltes et de troubles en Palestine en 1920, 1921 et 1929. Et la plus importante des révoltes fut celle de 1936 qui fait encore rage à cette heure-ci.

Sachez Votre Excellence le Président, que derrière les Arabes de Palestine il-y-a tous les Arabes, mais plutôt tous les musulmans, qui demandent leur droit et défendent leur pays contre les envahisseurs. Et il est impossible d’obtenir la paix en Palestine si les Arabes n’obtiennent pas leurs droits, et qu’ils ne soient pas assurés que leur pays ne sera pas donné à un peuple étranger dont les principes, les objectifs et les mœurs diffèrent totalement. C’est donc pour cela que j’en appelle à Votre Excellence au nom de la justice, de la liberté, et de la défense des peuples démunis, ces principes qui ont fait la réputation de la noble nation américaine, que vous ayez l’amabilité de vous pencher sur le cas des Arabes de Palestine, et que vous soyez un soutien à ce peuple pacifique qui est agressé par ces groupes de chasseurs issus des quatre coins du monde.

Il est donc injuste que de chasser les Juifs de l’ensemble du monde civilisé, et que la Palestine faible et démunie prenne totalement en charge le peuple juif. Et nous ne doutons pas que les principes nobles par lesquels se caractérise le peuple américain, le pousseront à pencher vers la vérité, et privilégier la justice et l’équité.

Écrit au palais royal de Riyad le 7 Chawwal 1357 de l’Hégire correspondant au 29 novembre 1938.

Lien de la lettre publiée dans le journal mecquois La Voix du Hijaz sur le site de la Fondation du roi Abd Al-Aziz pour la recherche et les archives

Lien de la première partie de la lettre publiée dans le journal mecquois Oumm Al-Qora sur le site de la Fondation du roi Abd Al-Aziz pour la recherche et les archives

(Visited 476 times, 1 visits today)