L'Arabie saoudite en français

Entre communiqués officiels, déclarations authentiques & informations certifiées !

Détails précis du soutien de l’Arabie saoudite envers la Palestine depuis le début de la colonisation

Introduction :

La position du royaume d’Arabie saoudite sur la question palestinienne est une position ancienne qui date depuis l’époque de son fondateur le roi Abd al-Aziz al-Saoud. Cette position ferme avait été tout d’abord annoncée en 1935, puis lors de la conférence sur la question palestinienne (conférence de Madrid [en 1991]), et perdure jusqu’à l’ère actuelle du Serviteur des Deux Saintes Mosquées le roi Fahd ibn Abd al-Aziz.

Le royaume d’Arabie saoudite a été le soutien et l’appui de la question palestinienne dans toutes ses différentes phases et à différents niveaux (politique, économique et social), et cela depuis que le royaume est fermement convaincu que ces efforts de soutien sont un devoir arabe et islamique.

Soutien politique :

Le royaume d’Arabie saoudite a son propre rôle majeur et distinctif dans le soutien à la question palestinienne et soutenir les Palestiniens dans la réalisation de leurs aspirations à établir un état indépendant. Le royaume d’Arabie saoudite a adopté toutes les résolutions des organisations internationales en ce qui concerne les Palestiniens. Il a également participé à de nombreuses réunions et conférences sur la question palestinienne depuis la conférence de Madrid sur les lignes directrices à suivre. À cet égard, le royaume d’Arabie saoudite a présenté l’initiative de paix saoudienne proposée par Son Altesse Royale le prince héritier Abdallah ibn Abd al-Aziz, et adoptée par les états arabes au sommet de Beyrouth en mars 2002. Cette initiative maintient la paix et la stabilité dans toutes les nations, et garantit une solution juste, durable et globale dans le conflit israélo-arabe.

Le royaume d’Arabie Saoudite exerce son pouvoir en demandant à l’Occident, aux pays amis, et à l’administration américaine de faire pression sur Israël au vu des résolutions internationales qui appellent à un retrait israélien complet de tous les territoires arabes occupés depuis juin 1967.

Le royaume d’Arabie saoudite a demandé en outre à la communauté internationale d’intervenir pour arrêter les pratiques fréquentes et agressives d’Israël contre les Palestiniens.

Le royaume d’Arabie Saoudite a condamné le mur de ségrégation raciale qu’Israël construit actuellement sur une grande partie des terres palestiniennes, et à cet égard le Royaume a présenté un mémorandum de protestation à la Cour internationale de justice de La Haye. Le 09 juillet 2004, la Cour de La Haye a émis la résolution n°(28/2004) demandant à Israël de retirer ce mur illégal. De plus, l’Assemblée générale des Nations Unies a aussi publié la résolution demandant à Israël de retirer ce mur illégal.

Initiatives saoudiennes pour résoudre la question palestinienne :

I. Le projet du roi Fahd pour la paix (Projet arabe pour la paix) :

Au sommet arabe de Fès en 1982, le projet du roi Fahd pour la paix a été annoncé et adopté par les nations arabes. Ce plan de paix est devenue la base pour le plan de paix arabe à la conférence de paix de Madrid.

Le plan qui est devenu connu comme le plan Fahd comprend les dispositions suivantes :

1. Le retrait d’Israël de tous les territoires arabes occupés en 1967, y compris Al Qods (Jérusalem).

2. Le démantèlement des colonies israéliennes construites sur des terres arabes après 1967.

3. Garantir la liberté de culte pour toutes les religions dans les lieux saints.

4. L’affirmation du droit du peuple arabe palestinien à retourner dans leurs foyers, et ceux qui ne souhaitent pas retourner de recevoir une compensation.

5. Une période de transition accordée à la Cisjordanie et la bande de Gaza sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies pour une période ne dépassant pas quelques mois.

6. L’établissement d’un état Palestinien indépendant avec Al Qods (Jérusalem) comme capitale.

7. Tous les états de la région devraient être en mesure de vivre en paix.

8. La garantie de la mise en œuvre de ces dispositions par l’Organisation des Nations Unies ou par certains états membres de l’Organisation des Nations Unies.

II. L’initiative de Son Altesse Royale le prince héritier Abdallah ibn Abd al-Aziz :

Cette initiative de paix saoudienne est celle suggérée par Son Altesse Royale le prince Abdallah ibn Abd al-Aziz, et adoptée par les états arabes lors du sommet de Beyrouth de mars 2002, qui vise à maintenir la paix et la stabilité dans toutes les nations et garantit une solution juste, durable et globale au conflit israélo-arabe.

Cette initiative appelle à :

1. Le retrait total d’Israël de tous les territoires occupés depuis 1967, jusqu’au frontières du 4 juin 1967.
2. L’acceptation de l’établissement d’un état Palestinien indépendant et souverain sur les territoires palestiniens occupés depuis le 4 Juin 1967 en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, avec Al-Qods (Jérusalem) comme capitale.
3. Résoudre la question des réfugiés conformément aux résolutions internationales émises à cet égard.

L’initiative saoudienne a déclaré que l’acceptation par Israël de cette initiative signifie que les arabes pourraient établir des relations normales avec Israël dans le cadre de cette paix globale.

Aide financière saoudienne aux Palestiniens :

Depuis le début de la question palestinienne, le royaume d’Arabie saoudite a présenté un soutien financier et moral au peuple Palestinien et à l’Autorité palestinienne. Ce soutien généreux provient de l’obligation qu’a le royaume saoudien envers la question arabe et musulmane :

1. Le royaume saoudien avait présenté une aide financière généreuse aux Palestiniens au sommet arabe de 1967 qui s’était tenu à Khartoum.

2. Au sommet arabe de 1978 qui s’était tenu à Bagdad, le Royaume avait annoncé qu’il présenterait une aide financière totale de 1 097 300 000 $ sur 10 ans à partir de 1979 jusqu’à 1989.

3. Au sommet arabe de 1987 qui s’était tenu en Algérie, le Royaume avait attribué une aide financière mensuelle de 6 millions de dollars pour les Palestiniens.

4. A la première Intifada en 1987, le Royaume avait présenté une somme de 1 433 000 $ au fond destiné à la première Intifada. Il avait également donné 2 millions de dollars à la Croix-Rouge internationale dans le but d’acheter des médicaments, des équipements médicaux et de la nourriture pour les Palestiniens.

En outre, le Royaume avait annoncé durant les conférences des pays donateurs en 1994, 1995, 1997, et 1999, qu’il s’était engagé à faire un don de 300 millions de dollars à travers le Fond saoudien de développement pour un programme de développement palestinien qui supervise les secteurs de la santé, de l’éducation et du logement dans les territoires palestiniens. Le Royaume avait également décidé d’exempter les produits et marchandises palestiniens des taxes et droits de douane.

D’autre part, le Royaume avait respecté la promesse de don qu’il avait fait aux Palestiniens (184 800 000 $ du 1er avril 2002 au 30 mars 2004) conformément aux résolutions des deux sommets arabes qui s’étaient tenus en mars 2002 à Beyrouth et en mars 2003 à Charm al-Cheikh.

Il a également rempli toutes ses promesses de don aux Palestiniens (46 200 000 $ d’avril à septembre 2004), conformément au sommet arabe de mai 2004 qui s’était tenu en Tunisie.

Le soutien financier saoudien pour les Palestiniens est la contribution la plus importante de tous les autres bailleurs de fonds arabes.

Au sommet arabe qui s’était tenu au Caire en 2000, le Royaume avait proposé la création de deux fonds d’un montant total d’1 milliard de dollars. Le Royaume avait fait don de 200 millions de dollars au premier fond qui a été appelé Fond Al-Aqsa, tandis qu’il avait fait don de 50 millions de dollars pour le second qui a été appelé Fond Al Qods.

Le royaume d’Arabie saoudite accorde une attention particulière à la question des réfugiés palestiniens. Il a fait parvenir l’aide humanitaire aux réfugiés palestiniens à la fois par des voies directes, et par le biais d’organisations internationales telles que l’UNRWA, l’UNESCO, le Fond arabe pour le développement économique et social, la Banque mondiale et la Banque islamique.

Le royaume d’Arabie saoudite paie régulièrement sa contribution annuelle s’élevant à 1 200 000 $ au budget de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA). Le Royaume avait également présenté une aide spéciale de 60 400 000 $ à l’UNRWA afin de couvrir le déficit de son budget et de mettre en œuvre ses programmes liés aux Palestiniens.

Le royaume d’Arabie saoudite avait attribué 34 millions de dollars à l’UNRWA compris dans son don de 300 millions de dollars destinés aux Palestiniens qui fut annoncé dans les conférences des pays donateurs en 1994, 1995, 1997, et 1999.

Soutien populaire saoudien aux Palestiniens :

Après la guerre israélo-arabe de juin 1967, le royaume d’Arabie saoudite avait créé des comités populaires pour récolter de l’argent du peuple saoudien pour aider les Palestiniens. Ces comités populaires récoltèrent environ 2 milliards de riyals saoudien (ndt : soit un peu plus de 444 millions de dollars).

En plus de cela, le royaume d’Arabie saoudite avait présenté un soutien financier populaire de plus de 118 millions de riyals saoudien au cours de la première Intifada en 1987. A la deuxième Intifada de 2000, le Royaume offrit une aide généreuse de 240 millions de riyals saoudien en plus d’autres contributions telles que des voitures, des ambulances, de grandes quantités de matériel médical, de la nourriture et des bijoux.

La question d’Al-Qods :

Le comité Al-Qods a été créé dans le cadre de la Ligue islamique mondiale pour préserver l’identité arabe et islamique d’Al-Qods. Ce comité a publié un décret qui dépend de l’importance du Fond Al-Qods et a appelé les pays arabes à couvrir le montant total des fonds alloués pour le Fond Al-Qods qui est de 100 millions de dollars.

Le royaume d’Arabie saoudite appuie le Fond Al-Qods afin de lutter contre la judaïsation [de Jérusalem], de préserver le style arabe et islamique d’Al-Qods, et de souligner la lutte palestinienne à la fois à Al-Qods et dans les autres territoires palestiniens.

Pour ce qui est de la protection des antiquités islamiques et des lieux sacrés situés en Palestine, le royaume d’Arabie saoudite a réagi à tous les appels de l’UNESCO pour protéger et restaurer les antiquités islamiques et les lieux sacrés situés en Palestine. Il a payé les coûts de la reconstruction du dôme du Rocher, de la mosquée Al-Aqsa, de la mosquée du calife Omar ibn Al Khattab et les maisons des imams et cheikhs à Al-Qods.

Le royaume d’Arabie saoudite a publié de nombreuses déclarations condamnant les agressions israéliennes contre le peuple palestinien et contre les lieux saints. Il a dénoncé par exemple la décision du gouvernement israélien affirmant Al-Qods (Jérusalem) comme capitale permanente d’Israël. Les efforts du royaume saoudien en coopération avec les pays arabes, musulmans et amis, a débouché sur la publication de la résolution des Nations Unies (478) en 1980. Cette résolution internationale – qui a été considéré comme un succès pour la diplomatie musulmane – invite tous les états à retirer d’Al-Qods leurs missions diplomatiques.

Récemment, le royaume d’Arabie saoudite a élargi ses compliments au président de l’Organisation de Libération de la Palestine Mr Mahmoud Abbas en espérant qu’Allah l’aidera à installer la paix, la sécurité et la stabilité pour tout le peuple palestinien, dans sa tentative d’obtenir les droits légitimes et surtout en établissant l’état palestinien indépendant avec Al-Qods comme capitale.

Article mis à jour le 16.02.2016 sur le site du ministère saoudien des Affaires étrangères [anglais]

(Visited 2 491 times, 1 visits today)